Top 5 des levées de fonds 2017 : nouveau record pour les startups françaises

En 2017, les levées de fonds des startups françaises ont dépassé le seuil des 2,5 milliards d’euros levés. Un nouveau plafond dépassé par la FrenchTech, poussée notamment par le digital et les life sciences.

605 opérations et 2,563 milliards d’euros, soit une moyenne de 4,2 millions d’euros par levée de fonds : les startups françaises se portent bien. De mieux en mieux même. L’année 2017 ne fait pas exception à la règle, avec une augmentation des fonds levés de 16,2% par rapport à 2016. Une tendance qui s’inscrit dans le temps. Entre 2014 et 2017, les fonds levés ont augmenté de 185%.

Ces progressions annuelles permettent à la France de devenir le deuxième pays européen levant le plus de fonds pour ses startups, représentant à elle seule 18% des montants et 15% des opérations. Elle se place derrière le Royaume-Uni (40% des montants et 27% des opérations) et devant l’Allemagne (12% des montants et 11% des opérations).

Digital, life sciences et fintech

63% des levées de fonds ont été réalisées par des startups du digital (services internet, logiciels…), 15% des life sciences et enfin 11% de la fintech. Ce dernier secteur a par ailleurs vu ses levées augmenter de 185% entre 2016 et 2017.

Pour trois quarts des startups, ces levées de fonds étaient des investissements en phase d’amorçage ou de premier tour.

Les cinq plus grosses levées de fonds de 2017

1.Actility (75 millions)

Fondée en 2010, la startup spécialisée dans les objets connectés a réussi sa quatrième levée de fonds en levant, en avril 2017, 75 millions d’euros. Elle accueille à son capital des investisseurs tels que Creadev, Idinvest Partners, Bosch et Ecotechnologies (géré par BPI France). Présente dans une dizaine de pays et en pleine extension, Actility cherche à développer et déployer des réseaux bas débits de longue portée.

2.ManoMano (60 millions)

Avec 1,9 millions de clients, la plateforme de bricolage et de jardinage fondée en 2013 cherche à doubler sa croissance en 2018 et à engager 200 personnes supplémentaires à Paris. Déjà présente dans cinq autres pays européens, ManoMano a réussi à lever 60 millions d’euros en septembre 2017 pour aider à son développement, auprès notamment de General Atlantics, de Piton Capital, de Partech Ventures et de BPI France.

3.Vestiaire Collective (58 millions)

Créée en 2009, la plateforme de vente de vêtements et d’accessoires de luxe d’occasion en est à sa troisième levée de fonds. En 2017, elle lève ainsi 58 millions auprès du britannique Vitruvian Partners, qui réalise ainsi sa première opération en France. Avec ses 8 millions de membres dans plus de 50 pays, Vestiaire Collective a comme ambition de devenir le leader mondial de la mode d’occasion et compte, entre autres, utiliser cette somme pour créer un centre logistique en France et renforcer sa présence aux Etats-Unis

4.Tinubu Square (53 millions)

L’éditeur de logiciels spécialisés dans la gestion du risque de crédit commercial, fondé en 2000, compte tripler sa taille et doubler sa masse salariale d’ici les cinq prochaines années. Pour ce faire, elle réalise, fin 2017, une très belle levée de fonds de 53 millions d’euros, auprès de BPI France et de Long Arc Capital (USA). Elle souhaite également adresser de nouveaux marchés et lancer un lab dédié à l’innovation en Amérique du Nord. Aujourd’hui, 90% de l’activité de Tinubu Square se fait à l’étranger.

5.Blade (51 millions)

En 2015, cette startup fondée en 2015 levait d’ores et déjà 3 millions d’euros. En 2016, c’était 10 millions. Cette année, 51 millions. Ces fonds serviront notamment à réduire les délais de commande, de maintenir leurs avancées technologiques et surtout d’exporter Shadow, leur ordinateur dématérialisé, à l’international. Fin 2017, les équipes de Blade se sont installées en Californie, et cherchent désormais à intégrer l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.