5 millions d’euros levés : tour de table réussie pour Poietis

La spécialiste de la bio-impression, Poietis, a réussi son dernier tour de table et à lever 5 millions d’euros pour accélérer son développement.

Poietis, la jeune startup girondine, fondée en 2014 par Fabien Guillemot et Bruno Brisson, n’en a pas fini de faire parler de ses technologies innovantes. Elles permettent une bio-impression de tissus biologiques assistée par laser, qui permet de créer et de positionner les cellules avec une résolution et une précision des plus remarquables.

Aujourd’hui, Poietis est l’utilisatrice exclusive de cette technologie, ce qui lui vaut de commercialiser Poieskin, un tissu produit par bio-impression, et de collaborer avec les leaders industriels et cosmétiques, à l’image de L’Oréal ou de BASF.

La startup et ses équipes de 28 personnes viennent de réaliser un nouveau tour de table de 5 millions d’euros. De cette somme, 1,1 millions ont été récolté grâce à la plateforme de crowdfunfing Wiseed. Le fonds de co-investissement NACO (Nouvelle Aquitaine Co-Investment) est, lui, entré au capital de la société. Enfin, le reste de la somme obtenue vient du Concours mondial de l’innovation, duquel Poietis était sortie lauréate dans la catégorie “médecine personnalisée” en 2016.

Rendre les produits compatibles avec les exigences de la BPF

Cette nouvelle levée de fonds devrait permettre à la jeune entreprise d’accélérer son développement technologique. La priorité reste de rendre leur plateforme de bio-impression compatible avec les exigences réglementaires et les Bonnes pratiques de fabrication (BPF) de médicaments de thérapie innovante. Il s’agit ici de “pouvoir assurer la reproductivité, la standardisation et la traçabilité du procédé de fabrication, tout en assurant la sécurité biologique des tissus bio-imprimés”. Ceux-ci devraient, par ailleurs, être implantés chez des patients dès 2021.

Le directeur général et directeur du développement des affaires de la startup, Bruno Brisson, explique qu'”après avoir développé les applications de la bio-impression de peau pour l’industrie dermo-cosmétique, nous allons pouvoir, grâce à cette levée de fonds, renforcer nos activités en médecine régénératrice et cibler d’autres organes que la peau, comme le foie, en collaboration avec des centres de recherche hospitaliers universitaires.”

Crédits photo : Poietis

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *