SenseTime lève 600 millions de dollars, un financement mené par le géant chinois Alibaba

SenseTime, la licorne chinoise spécialisée en reconnaissance faciale et en intelligence artificielle, vient de boucler une levée de fonds de 600 millions de dollars, menée par le géant chinois Alibaba.

La licorne chinoise spécialisée en intelligence artificielle et en reconnaissance faciale, SenseTime, vient de lever 600 millions de dollars. En juillet 2017, elle en avait d’ores et déjà levés 410 millions. Représentant aujourd’hui plus de 3 milliards, elle obtient le record mondial de la plus grosse valorisation d’une startup dédiée à ce domaine précis. Cette levée de fonds a été menée par le géant chinois Alibaba, rejoint par Temasek, un fonds souverain singapourien, et le distributeur chinois d’électroménager Suning.

Fondée en 2014, cette startup développe des technologies de reconnaissance faciale qui permettent d’identifier des personnes ou des voitures en pleine rue. Grâce à une plateforme développée par l’entreprise, nommée Viper, il est possible de traiter en temps réel et en simultané les images de plusieurs milliers de caméra de surveillance.

Des collaborations avec près de 400 municipalités chinoises sont déjà prévues. La Chine compte aujourd’hui 170 millions de caméra sur tout son territoire. De plus, dans ce pays, lorsqu’une personne atteint ses 16 ans, elle doit s’enregistrer et intégrer une photo d’identité à son inscription sur les fichiers nationaux. Fichiers qui, une fois liés à la plateforme Viper, permettent de surveiller la totalité (ou presque) de la population chinoise. Un projet qui intéresse fortement les autorités chinoises.

La Chine, maîtresse de l’IA mondiale ?

En juillet 2017, Pékin avait annoncé le lancement d’un plan de développement national en faveur de l’intelligence artificielle. Son but : accélérer ce secteur porteur et générer 20 milliards de dollars grâce à celui-ci d’ici 2020, puis plus de 60 milliards d’ici 2025.

L’arrivée d’Alibaba dans le développement de cette entreprise n’est pas anodine. En plus d’être un géant du e-commerce dans le pays, Alibaba est également le leader du cloud en Chine. Un plus pour SenseTime, qui a besoin d’outils performants pour promettre le bon fonctionnement de sa plateforme.

De son côté, Alibaba pourrait également utiliser les outils de la startup pour des fins personnelles. Récemment, le groupe de Jack Ma a mis à disposition des clients du fast-food KFC le service Smile to Pay. Grâce à la reconnaissance faciale, les clients du restaurant de Hangzhou (fief du groupe) n’avaient qu’à sourire à une caméra pour régler leur note. Des outils à creuser et à développer, notamment grâce aux avancées de la startup hongkongaise.

Ces nouveaux fonds devraient permettre à SenseTime de passer de 1.500 à 2.000 collaborateurs d’ici la fin de l’année, mais également d’étendre son rayonnement international et de trouver d’autres domaines où ses produits pourraient être utilisés, et utiles (banque, véhicules autonomes, grande distribution…)

Crédits photo : SenseTime

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *