Airbnb et Wimdu assignés en référé par la Ville de Paris

Après les menaces, place aux actes pour la Ville de Paris. La municipalité a assigné en référé les plateformes de location de logements entre particuliers Airbnb et Wimdu. Elles n’ont en effet pas supprimé les annonces ne comportant pas de numéro d’enregistrement, pourtant obligatoire depuis décembre dernier.

Selon le site, les équipes dédiées au logement d’Anne Hidalgo avaient déjà mis en demeure cinq plateformes d’hébergements entre particuliers (Airbnb, HomeAway, Paris Attitude, Sejourning et Wimdu) et leur avaient demandé de retirer toute annonce ne comprenant pas de numéro d’enregistrement (obligatoires depuis décembre 2017), de leurs sites. Aujourd’hui, la mairie de Paris va plus loin et assigne en référé Airbnb et Wimdu pour ne pas avoir respecté cette demande, et donc cette loi. Elles sont attendues le 12 juin prochain au Tribunal de grande instance de Paris.

Depuis la mise en place de cette nouvelle loi, en décembre dernier, tout loueur de meublé touristique doit être muni d’un numéro d’enregistrement et le faire apparaître sur toute annonce publiée sur une plateforme de location. Ce numéro permet de vérifier si le propriétaire du logement ne dépasse pas la durée légale de location, désormais de 120 jours par an.

Paris, premier marché au monde d’Airbnb

A Paris, près de 65.000 locations sont enregistrées sur le site Airbnb uniquement. Selon les équipes de la Ville, plus de 84% d’entre elles n’auraient pas de numéro d’enregistrement. Pourtant, les sites LeBonCoin et Booking.com ont, eux, réussi à faire disparaître toute annonce ne respectant pas cette nouvelle réglementation. Un argument avancé par la mairie d’Anne Hidalgo.

Airbnb, en revanche, ne voit pas la chose du même œil, et considère que ces nouvelles règles parisiennes sont imprécises et que cette décision « décevante » touchera « principalement les habitants de Paris. » Dans une déclaration publiée par la plateforme, l’entreprise indique vouloir « travailler avec les autorités sur des règles simples et claires » et dit encourager la ville à « suivre le chemin d’autres villes comme Londres, Berlin et Barcelone, avec lesquelles nous avons travaillé » pour mettre en place des règles plus simples à appliquer. A Londres, par exemple, les réservations d’un logement se bloquent automatiquement dès lors que le quota de journées louées est atteint.

Crédits photo : CC0 Licence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.