Instacart lève 150 millions de dollars et espère contrer Amazon

La startup spécialisée dans la livraison collaborative de produits d’épiceries vient de réussir une levée de fonds de 150 millions de dollars. L’arrivée de nouveaux services de livraison d’Amazon pousse la jeune entreprise à accélérer son développement et son implantation.

Fondée en 2012, Instacart propose à ses utilisateurs de commander des produits d’épiceries sur le site de l’entreprise. Des « acheteurs » effectuent ensuite les achats demandés et les livrent en moins d’une heure. C’est sur cette relation entre particuliers que la jeune pousse californienne se repose, et cela semble fonctionner. En décembre dernier, de nouvelles équipes se sont implantées au Canada, en plus de grandes villes américaines. Financièrement parlant, l’entreprise obtient des marges sur les achats et sur les frais de livraison. Récemment, elle a également passé des accords de partage de revenus avec des partenaires, notamment des chaînes d’épiceries nationales.

Instacart vient d’effectuer une levée de fonds de 150 millions de dollars, extension d’un tour de table de série E leur ayant d’ores et déjà rapporté 200 millions depuis le début de l’année, valorisant ainsi l’entreprise à plus de 4,35 milliards de dollars. La direction compte engager 200 nouveaux collaborateurs en 2018 pour accélérer son développement.

Amazon, véritable menace pour la startup

Cette levée de fonds devrait aider l’entreprise à lutter contre le monopole d’Amazon. Le GAFA a récemment racheté la chaîne de magasins bio Whole Foods Market, avec qui Instacart avait d’ores et déjà un partenariat. Pire encore, Amazon a annoncé les lancements d’Amazon Fresh et d’Amazon Fresh Pick Up. Le premier service permet aux utilisateurs de se faire livrer des produits frais, surgelés et d’épiceries. Le second, lui, propose aux abonnés Amazon Prime de venir récupérer leurs commandes un quart après l’avoir passée sur le site Amazon, et ce, sans même avoir à sortir de sa voiture. Le groupe prévoit également des services de livraison dédié aux magasins Whole Foods.

Pour se défendre et garder ses parts de marché, Instacart a commencé par racheter la startup Unata, une entreprise qui permet aux épiceries de vendre leurs produits sur internet. Ses prochaines missions seront de multiplier les partenariats avec différentes chaînes et de continuer ses implantations aux Etats-Unis et au Canada pour garder une marge d’avance sur le GAFA.

Crédits photo : Instacart.

2 commentaires sur “Instacart lève 150 millions de dollars et espère contrer Amazon”

  1. Après Austin, Cincinnati, Dallas et Virginia Beach, les services de livraison rapide Prime Now (livrant, entre autres, les produits des chaînes Whole Foods), Amazon se lance sur les marchés de Denver, Sacramento et San Diego.

  2. Nouvel arrivant sur le marché de la livraison. Contrairement à Instacart, qui cherche à contrôler l’expérience complète du client, de sa commande à la livraison, DoorDash, elle, propose simplement un réseau de livraison déjà mis en place aux grandes entreprises, comme Walmart, à Atlanta, premier partenaire de l’entreprise.
    Ici, il s’agit de proposer des systèmes de livraison aux chaînes de magasins etde mettre à disposition des livreurs dédiés (ne représentant pas la marque DoorDash au moment de la livraison mais celle du magasin partenaire.) DoorDash reste ainsi dans les coulisses des livraisons, mettant toujours en avant les établissements clients. Une différence qui pourrait changer la façon de penser a livraison, marché aujourd’hui en pleine ébullition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *