La FDA autorise une intelligence artificielle à effectuer un diagnostic médical

La FDA, administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments vient d’autoriser, pour la première fois, un système doté d’intelligence artificielle à effectuer un diagnostic médical et ce, sans contrôle des résultats de la part d’un médecin.

C’est la première fois que la FDA (Food and drug administration) américaine octroie une autorisation d’opérer et de marketing à un système doté d’intelligence artificielle. Ce logiciel, nommé iDx-DR, détecte si le patient examiné est atteint de rétinopathie diabétique. Cette maladie survient lorsque les taux élevés de sucre dans le sang (dus au diabète) endommagent les vaisseaux sanguins de la rétine. Elle peut causer des troubles de la vue, voire une totale cécité et est une complication très commune du diabète, de type 2 en particulier.

Pour réaliser un test et déterminer si un patient diabétique est atteint, ou non, de cette rétinopathie, un personnel de santé capture la rétine du patient grâce à la caméra The Topcon NW400 puis ajoute ces clichés aux serveurs de l’intelligence artificielle iDx-DR. Elle peut alors proposer deux réponses. La première est « rétinopathie diabétique détectée : référez-vous à un spécialiste de la vue. » La seconde : « Résultat négatif pour une rétinopathie diabétique. Effectuez ce test à nouveau dans 12 mois. »»

La FDA stipule également qu’aucun médecin ou spécialiste n’a à vérifier les résultats ou à effectuer le test à nouveau après cette intelligence artificielle. Elle a en effet obtenu la dénomination « outil révolutionnaire. » Cela permettra ainsi à des médecins généralistes ou à des infirmiers non-spécialisés d’effectuer ce test sur des patients, sans avoir à les envoyer vers des spécialistes de la vision. Cette donnée est importante car cette complication diabétique peut causer de grands problèmes de vue, voire même sa perte totale. Pourtant, très peu de patients se font correctement examiner par des médecins compétents.

Dans un communiqué, l’administration américaine rappelle toutefois que n’importe quel citoyen doit faire vérifier sa vision par un professionnel à 40 et 60 ans, ou à chaque fois qu’un trouble de la vue se manifeste.

Crédits photo : CC0 Licence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.