Uber s’intéresse à la location de voitures et aux transports en commun

Les transports en commun et la location de voitures entre particuliers semblent être les deux nouvelles cibles de la startup américaine, quelques jours seulement après avoir annoncé le rachat de JUMP, une startup de partage de vélos électriques.

Où s’arrêtera Uber ? Il y a deux jours, elle annoncé le rachat de la startup JUMP, proposant des services semblables aux Velib’ mais version électriques, la startup américaine déclare aujourd’hui préparer deux nouveaux partenariats. Le premier est avec le service de location de voiture entre particuliers et instantané Getaround. Désormais, il sera possible de louer sa voiture à ses voisins, à des touristes ou à n’importe quelle autre personne présente dans les alentours. Les loueurs pourront, eux, louer un véhicule directement depuis l’application Uber. Les premiers essais de cette nouvelle fonctionnalité se feront courant du mois d’avril à San Francisco, avant d’être déployé sur tout le territoire américain.

Le deuxième partenariat inclut Masabi, une plateforme mobile facilitant l’achat et la gestion de tickets de transport en commun. Uber prépare en effet une fonctionnalité mobile permettant d’obtenir des tickets de transport pour une trentaine de services mondiaux, dont, pour le moment, le Metrolink de Los Angeles, le métro new-yorkais, ou encore les croisières Clippers londoniennes.

Vers une collaboration avec les municipalités

Les transports en commun, habituellement à la charge des mairies et de leurs départements dédiés risquent, à leur tour, d’être disruptés par la startup américaine. Pourtant,  Dara Khosrowshahi, le nouveau CEO d’Uber, se dit prêt à collaborer avec ces entités gouvernementales. Il a d’ores et déjà annoncé une prochaine collaboration avec le département des transports de Washington D.C, ainsi qu’avec SharedStreets, un projet à but non lucratif cherchant à faciliter le partage de données liées aux transports en ville.

De plus, la firme californienne compte aussi accélérer le développement de Movement, une plateforme anonymisant les données de son entreprise, dont le but est d’aider les urbanistes, les autorités locales et les communautés civiles à prendre des décisions en étant correctement informés à propos des innovations possibles dans ce domaine.

Aujourd’hui, Uber propose donc de nombreux types de transports différents : VTC, voitures de location, transports en commun, vélos partagés et même camions. Selon des rumeurs, l’entreprise commencerait également à s’intéresser aux scooters électriques. A suivre.

Crédits photo : CC0 Licence

1 commentaire sur “Uber s’intéresse à la location de voitures et aux transports en commun”

  1. La compagnie de VTC poursuit donc son expansion dans ce sens et a annoncé le lancement de Jump Bikes, son service de partage de vélos sans borne, en Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.