Une loi californienne veut assurer la protection de la vie privée de ses citoyens

Microsoft, Amazon et Uber ont fait don de larges sommes d’argent pour éradiquer le California Consumer Privacy Act.

Le California Consumer Privacy Act obligerait les entreprises californiennes à divulguer les données qu’elles recueillent sur leurs consommateurs. Cela impliquerait de partager le processus par lequel ils ciblent les publicités en fonction des renseignements personnels d’un consommateur. Les entreprises devraient offrir à leurs consommateurs la possibilité d’empêcher l’acquisition de leurs données personnelles à d’autres entreprises.

Amazon et Microsoft ont chacun fait un don de 195 000,00 $ au Comité pour la protection des emplois en Californie, travaillant contre le California Consumer Privacy Act, tandis qu’Uber a fait un don de 50 000,00 $ pour tenter de bloquer la mesure.

De nombreux autres géants de la technologie comme Google, Verizon et Facebook ont chacun fait un don de 200 000 $ au comité parrainé par la Chambre des finances. À la suite du contrecoup du scandale de la protection de la vie privée, Facebook avait annoncé qu’il retirerait son don.

Qu’est-ce que le California Consumer Privacy Act ?

Le California Consumer Privacy Act veut trois choses pour le consommateur : la transparence, le contrôle et la responsabilité. L’initiative de protection de la vie privée croit que le consommateur a le droit de connaître exactement l’étendue des renseignements personnels qu’une entreprise possède à son sujet. Le consommateur devrait également être en mesure de contrôler l’information et d’en empêcher leur circulation. En cas de fuites, les entreprises devraient être tenues responsables.

Le président de la campagne, Alastair Mactaggart, affirme que sa motivation à présenter la Loi provient d’une conversation qu’il a eue il y a quelques années avec un ingénieur travaillant pour Google qui lui a dit : “Si les gens comprenaient tout ce que nous savions à leur sujet, ils seraient vraiment inquiets”.

Dans une lettre qu’il a publiée sur la page Internet du California Consumer Privacy Act, M. Mactaggart a expliqué son raisonnement pour financer lui-même l’ensemble du processus : “Nous ne sommes pas convaincus que ces entreprises prennent cette responsabilité au sérieux”.

Le California Consumer Privacy Act a recueilli 637 000 signatures — presque le double du nombre requis — et il se qualifiera peut-être pour le scrutin à la fin du mois de juin. L’État doit d’abord vérifier si ces signatures sont légitimes.

Que veut le Comité pour la protection des emplois en Californie ?

Dans une déclaration faite le 3 mai 2018, les trois dirigeants du Comité pour la protection des emplois en Californie, Andrea Deveau de TechNet, Robert Callahan de l’Internet Association et Allan Zaremberg de la Chambre de commerce, ont déclaré : “Il est impossible de faire fonctionner l’Internet et les entreprises de la Californie différemment du reste du monde — ce qui limite nos choix, nuit à nos entreprises et coupe notre connexion à l’économie mondiale”.

Microsoft a exposé une pensée similaire dans une déclaration : “Nous croyons que la mesure californienne pourrait avoir des conséquences involontaires pour les entreprises et les consommateurs et qu’il existe un meilleur moyen de donner aux consommateurs le droit à la vie privée qu’ils méritent”.

Amazon a répondu en retour lorsqu’un porte-parole a déclaré :  » Bien que nous partagions l’objectif global de l’initiative, qui est de protéger la vie privée des consommateurs, nous sommes préoccupés par des exigences irréalisables qui entraveraient notre capacité d’innover au nom de nos clients.

Le projet n’affectera pas seulement les grandes entreprises de technologie. Steven Maviglio, un porte-parole du Comité pour la protection de l’emploi en Californie, a déclaré : “Les coopératives de crédit, les épiceries et les fabricants d’automobiles font partie des nombreux ajouts récents à la coalition et sont au sommet de l’iceberg”.

Règlement général européen sur la protection des données

Microsoft a été accusé d’hypocrisie par les partisans du California Consumer Privacy Act lorsqu’il a été rendu public que l’entreprise soutenait le RGPD de l’Europe tout en donnant de l’argent au Comité qui travaille contre le California Consumer Privacy Act.

Microsoft a répondu par une déclaration réaffirmant son soutien au RGPD et critiquant le California Consumer Privacy Act : “Nous croyons que la mesure californienne pourrait avoir des conséquences involontaires pour les entreprises et les consommateurs et qu’il existe un meilleur moyen de donner aux consommateurs le droit à la vie privée qu’ils méritent”.

Le 25 mai 2018, le règlement général sur la protection des données a été mis en œuvre en Europe. Elle remplace la directive sur la protection des données de 1995. L’intention était de donner aux citoyens le contrôle de leurs données personnelles et d’unifier les réglementations en Europe. Cela signifie que les citoyens doivent donner leur consentement pour que les entreprises disposent de leurs données personnelles. Les entreprises ne pourront plus utiliser les données personnelles qu’elles ont stockées à des fins monétaires. Toutes les entreprises travaillant avec l’Espace économique européen doivent s’engager à respecter le GDPR.

Les scandales de partage de données ne datent pas d’hier

Il y a de fortes chances que vous vous souveniez du cas de la société de conseil Cambridge Analytica qui avait vendu des informations personnelles de plus de cinquante millions d’utilisateurs de Facebook à des clients, y compris la campagne Trump.

Le California Consumer Privacy Act tente de rendre ce type de pratique impossible. Le montant considérable des donations faites pour contrer le projet pourrait suggérer un destin funeste, mais le vote n’a pas encore eu lieu et M. Mactaggart reste optimiste.

Credits : CC0 Licence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.