Les géants de la Silicon Valley s’élèvent à l’unisson contre la politique migratoire de Trump

La politique migratoire mise en place par le président américain Trump en révolte plus d’un. Plusieurs dirigeants des firmes internationales américaines appellent ainsi le chef de l’Etat à adoucir sa politique de zéro-tolérance à l’égard des familles immigrées. 

Ce lundi, Donald Trump a réaffirmé son extrême fermeté à la frontière mexicaine en mettant en place un système de séparation des familles une fois arrivées à la frontière Etats-Unis – Mexique. Il cherche, grâce à elle, à se distinguer de la politique européenne, comme il l’a lui-même affirmé et répété aux médias.

Ainsi, depuis un mois, les parents immigrés sont envoyés en prison et les enfants, eux, et ce quel que soit leur âge, en centre de détention pour une durée indéterminée.

Les réactions sont nombreuses dans le monde politique étatsunien. En effet, la Première dame, Melania Trump, est intervenue à ce sujet, fait rare, en déclarant sur Twitter qu’elle détestait voir des familles entières séparées et qu’elle espérait voir un accord entre les deux camps aboutir au plus vite. L’ancienne Première dame, Laura Bush, a également pris la parole. Le Washington Post lui a offert une tribune dans ses pages, dans laquelle elle qualifie cette politique de cruelle et immorale.

A leur tour, les dirigeants de géants de la technologie ont pris position. Le CEO d’Apple, Tim Cook, a ainsi condamné auprès du Irish Times, les méthodes employées par Donald Trump, qu’il trouve inhumaines, manquant cruellement de respect et de dignité pour l’ensemble de ces personnes.

Les co-fondateurs d’Airbnb, Bryan Cheski, Joe Gebbia, et Nathan Blecharczyk, ont rejoint l’avis de Tim Cook, estimant que leur pays valait mieux que cela.

Mark Zukerberg et Sheryl Sandberg, de Facebook, ont quant à eux tenté d’agir en lançant une campagne de levée de fonds afin de réunir les familles immigrées. Ils ont à ce jour récolté autour de 5 millions de dollars (soit près de 4,3 millions d’euros) à cet effet.

La CEO de YouTube, Susan Wojcicki, est également intervenue pour souligner ô combien cette politique est cruelle.

Enfin, Microsoft s’est défendu de travailler pour l’immigration américaine et ce, bien avant cette nouvelle règle d’immigration, et a assuré tout faire pour que l’administration change sa politique et être sûr que les enfants ne soient plus séparés de leur famille, l’entreprise se disant consterné par de tels faits.

Au final, entre le 19 avril et le 31 mai, autour de 1.995 enfants ont été séparés de leurs familles respectives, selon les chiffres relayés par le Département de la sécurité intérieure. Des cris d’alerte et des initiatives lancées par des chefs de groupes internationaux qui semblent rester vains, pour le moment.

Crédits photo : YouTube France 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.