SpaceX autorisé à créer sa constellation de 12.000 satellites

Non seulement Elon Musk veut atteindre les étoiles, mais il veut aussi les créer.

Ce 15 novembre, la Commission fédérale des communications (le FCC), a approuvé la demande de SpaceX de lancer plus de 7.000 satellites dans l’espace. Elon Musk vise un internet plus rapide, et son projet fou remplit désormais toutes les conditions pour être mis en place.

SpaceX à la conquête de l’orbite terrestre

Jusque-là, SpaceX avait obtenu en février le droit de créer une constellation de 4.425 satellites. Mais la FCC a maintenant consenti à 7.000 satellites de plus. Il est ainsi en droit de créer un réseau d’environ 12.000 engins spatiaux. La constellation, nommée “Starlink”, est destinée à donner accès à un tout nouvel internet, plus puissant et moins cher.

Cependant, cet ambitieux projet pourrait subir des restrictions. En effet, le risque de collisions dans l’espace augmenterait drastiquement si cet amas de satellites voyait le jour. La NASA a d’ailleurs déjà demandé à la société de créer un plan pour désorbiter les satellites lorsqu’ils deviendront hors d’usage et ainsi préserver un environnement spatial sûr. Il faut savoir que la masse totale des débris en gravitation autour de la Terre atteint déjà un poids d’environ 8.100 tonnes.

Mais cela n’a pas arrêté la FCC d’accepter ce projet fou. Le président a d’ailleurs déclaré : “Je suis impatient de voir ce que ces services pourraient promettre et ce que ces constellations futures pourraient avoir à offrir.”

Plus rapide et moins cher

“Starlink”. Ce nom pourrait être à l’origine d’un tournant décisif dans l’histoire d’internet. Cette nouvelle constellation promet un accès internet moins lent et bon marché. Une connexion standard pourrait même devenir quarante fois plus rapide.

SpaceX entend ainsi universaliser l’accès à internet dans les pays en voie de développement et les zones rurales. Pour réaliser cet exploit, les satellites utilisés vont être placés à basse altitude : entre 335 et 346 kilomètres de la Terre. Les satellites utilisés en basse altitude sont généralement petits et moins chers, permettant ainsi à la compagnie d’en envoyer un plus grand nombre dans l’espace..

Ce nouveau dispositif permettrait à SpaceX de s’élever au rang de leader dans le domaine d’internet et des réseaux.

La course à l’innovation

Évidemment SpaceX n’est pas le seul sur le marché. Oneweb, Telesat Canada et Space Norway ont d’ores et déjà les mêmes projets. Mais leurs ambitions sont différentes. Pour avoir un ordre d’idée, OneWeb pense lancer entre 900 et 2.000 satellites, minuscule face aux 12.000 satellites voulus par SpaceX. Selon les données de l’Union of Concerned Scientists, ce nombre représente le double du nombre de satellites jamais lancés dans l’histoire spatiale.

Selon Elon Musk, le jeu en vaut la chandelle : il projette d’utiliser les revenus générés par sa nouvelle constellation pour supporter les projets de sa conquête martienne.

La réalité pourrait cependant se révéler moins impressionnante que le projet décrit : le principal danger pour la compagnie serait qu’un grand nombre de ses satellites soient finalement retirés pour conserver un environnement spatial sûr.

Elon Musk n’a, en attendant, jamais été aussi près de révolutionner l’internet. S’il y arrive, le projet devrait être établi d’ici à 2024.

Crédits photos : CC0 Licence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.